Pour les filles d’un village reculé du Népal, la seule manière de terminer leurs études est de ramer pour aller à l’école.
 ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌  ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌  ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌  ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌  ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌  ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌  ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌  ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌  ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌  ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌  ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌  ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌  ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌  ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌  ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌  ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ 
Visionnez dans votre navigateur
Assembly

1 novembre 2018 | Volume 1, Numéro 5
  Note de notre éditrice :
Une de mes parties préférées d’Assembly est notre section « Autour du monde ». Nous posons à nos lectrices de différents pays la même question — et j’adore leurs réponses. Dans nos numéros précédents, nous avons écouté des filles parler de leurs lectures, des problèmes auxquels sont confrontées leurs communautés ainsi que des choses pour lesquelles elles sont douées. Dans cette édition, les lectrices d’Assembly vivant au Cambodge, au Chili, en France et au Liberia partagent avec nous ce qu’elles ont appris à l’école aujourd’hui.

Dans ce numéro, nous publions également un reportage-photo sur Aashma, 16 ans, qui vit au Népal et traverse un lac à la rame tous les jours pour aller à l’école. La météo rend parfois le périple d’Aashma difficile mais elle nous explique pourquoi il en vaut la peine.

Bon jeudi !
Tess
 
 
Derrière l’objectif 
 
 
Nepal Boats
 
  Par Bhumika Regmi
Tous les matins, Aashma, âgée de 16 ans, revêt son uniforme, attache ses queues de cheval soigneusement tressées à l’aide d’un ruban rouge et se prépare pour aller à l’école à la rame. Aashma vit à Anadu, un village reculé sur les berges d’un lac népalais. Il n’y a pas d’école secondaire à Anadu. Aashma et ses amies doivent donc ramer chaque jour jusqu’à la ville de Pokhara pour se rendre à l’école.

Aashma nous raconte son voyage quotidien sur le lac Fewa — l’une des attractions touristiques la plus connue du Népal : « Aucune d’entre nous ne sait nager mais nous n’avons pas peur ». Les filles voyagent avec un professeur et rament ensemble, se relayant tour à tour pendant les 30 minutes que dure le trajet.

Ces bateaux-écoles sont une nécessité au sein des communautés reculées du Népal tel qu’Anadu. Aashma nous raconte que l’école primaire est mal entretenue et que les professeurs n’ont pas de formation adéquate. Emprunter la route pour se rendre à Pokhara peut donc prendre des heures.

Aashma et ses amies sont heureuses d’aller à l’école en ville, quel que soit le chemin pour s’y rendre. Mais les conditions météorologiques peu clémentes les forcent souvent à rester à la maison et ces absences leur font courir le risque de prendre du retard sur le reste de la classe. Parfois, elles sont bloquées pendant des heures à attendre que le temps se calme pour leur permettre de sortir leur bateau. Le soir, lorsqu’elles prennent du retard, Aashma et ses camarades de classe reviennent à la rame à l’aide d’une lampe de poche pour seul guide.

En plus de son périple quotidien, Aashma doit trouver du temps avant et après l’école pour aider sa mère à s’occuper des tâches ménagères. C’est le seul moyen de continuer son éducation sans être un poids pour sa famille. Aashma pense qu’il vaut la peine de travailler dur, non seulement parce qu’elle aime les cours, mais aussi parce qu’elle aime passer du temps avec ses amies et danser lors des événements scolaires.

Une fois ses études terminées, Aashma souhaite devenir professeur pour aider les filles de son village à aller à l’école — sans avoir à ramer pour le faire.

Plus de photos.
 
 
Autour du monde
 
  Qu’as-tu appris à l’école aujourd’hui ?

“En physique, j’ai appris les chiffres significatifs et aussi comment enregistrer des mesures et des données. En grammaire, j’ai abordé les adverbes, les compléments d’objets et les structures de phrases.”
— Jennifer, 14 ans, Chili
“Informatique, photographie et anglais. Mon cours préféré est celui de l’étude des médias numériques car il me permet de m’exprimer et d’être créative.”
— Moeun Channa, 14 ans, Cambodge
Moeun
Amelia “Comment argumenter et débattre sur un sujet. J’aime beaucoup faire cela car c’est très utile dans la vie de tous les jours, particulièrement si je veux devenir politicienne.”
— Amélie, 12 ans, France
“J’ai étudié les plantes et leurs besoins en lumière du soleil pour pousser !”
— Lucia, 10 ans, Liberia
Lucia
 
 
Ce moment dans l’histoire 
 
 
Nous célébrons la Dr. Janaki Ammal, une pionnière dans le domaine de la botanique
 
Janaki
4 novembre 1897 – 7 février 1984

La Dr. Janaki Ammal est née au Kerala en Inde où elle a développé un amour précoce pour son environnement naturel. Elle est connue pour avoir créé un hybride de canne à sucre qui produit un sucre plus doux, ayant aidé à transformer l’industrie du sucre en Inde. Ses croisements de canne à sucre sont encore utilisés aujourd’hui.
 
 
Soyez publiée dans Assembly !
 
  Assembly publie des œuvres originaux par les filles pour les filles. Nous aimerions beaucoup publier votre histoire ! Envoyez-nous vos idées et vous pourriez figurer dans le prochain numéro.
 
Facebook Twitter Instagram